4 sur 5 Vs 5 sur 5 !

29 avril, 2016

| États-Unis | Primaires US | Eber Addad |

Bon pas vraiment un papier dans le sens classique du terme, mais des réflexions toujours d’aussi bons sens venant éclairer notre lanterne. Ça serait injuste de vous en priver. Alors Continuons sur notre lancée avec Eber Addad : les primaires US. Bonne lecture à tous.

Hillary Clinton a gagné (seulement) quatre États sur cinq ce soir contre Sanders dans la primaire démocrate. Ça ne changera pas le résultat final, sauf accident, elle sera la nominée de son parti pour la présidentielle de cet automne. Elle mène largement son adversaire en nombres de délégués et de super délégués (moins en nombre de voix) et, last but not least, elle a l’appareil du parti de son côté.

Clinton sera très probablement confrontée à Trump qui, ce soir plus que jamais, apparaît comme l’inévitable nominé. Non seulement il a gagné les cinq États sur cinq mais il les a gagnés en faisant un score nettement supérieur à celui de ses deux adversaires réunis! En outre Trump a gagné tous les comtés de tous les États, du jamais vu !

Il a déjoué tous les sondages. Aucun ne le donnait gagnant avec de telles marges.

Malgré cela ces élections réservent encore bien des surprises. Elles sont tellement contestées et les personnalités tellement controversées que je ne serais pas étonné que, ça n’est pourtant jamais arrivé avant, les deux partis éclatent et qu’on ait pour la première fois quatre candidats au lieu de deux.

Les conventions, aussi bien celle des Démocrates que des Républicains, risquent d’être très agitées et très disputées.

On notera au passage que, là aussi c’est une première aux États-Unis, un Socialiste affirmé comme tel, a fait presque jeu égal, en nombre de voix, avec la candidate du centre au Parti Démocrate Clinton, et qu’un non politicien professionnel, Trump en l’occurrence, est en tête des primaires du Parti Républicain, depuis le début du processus battant à plates coutures les candidats politiciens traditionnels et, surtout, ceux qui étaient donnés comme largement favoris, Bush, Rubio et consorts! De l’inédit qui montre une instabilité comme il n’y en avait jamais eue avant ainsi qu’une grande division du corps électoral, en grande partie due à la présidence « diviser pour régner » d’Obama et au laminage des classes moyennes qui se rebiffent.

000

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail