Et si nous Lâchions (enfin) les chiens de guerre ?

16 juin, 2016

| Guerre Vs Daech | Questions à Jacques Borde |

Une fois encore notre République, plus de Weimar que d’ailleurs jugent certains, pleure ses morts. RIP, à ces énièmes & malheureuses victimes de l’Ost à fleurets mouchetés que nous menons contre les ennemis du genre humain que sont les djihâdistes takfirî. Anathèmes, Pleurs, textos, regrets, etc. ! Jusqu’à quand ?


« Blood and destruction shall be so in use And dreadful objects so familiar That mothers shall but smile when they behold Their infants quarter’d with the hands of war;
All pity choked with custom of fell deeds: And Caesar’s spirit, ranging for revenge, With Ate by his side come hot from hell, Shall in these confines with a monarch’s voice
Cry  »Havoc », and let slip the dogs of war; That this foul deed shall smell above the earth With carrion men, groaning for burial’ ».

(Le sang, la destruction seront des choses si communes, et les objets effroyables deviendront si familiers, que les mères ne feront plus que sourire à la vue de leurs enfants déchirés des mains de la guerre.
Toute pitié sera étouffée par l’habitude des actions atroces : et conduisant avec elle Até, sortie brûlante de l’enfer, l’ombre de César promènera sa vengeance, criant d’une voix puissante dans l’intérieur de nos frontières : Carnage ! et alors seront lâchés les chiens de la guerre, jusqu’à ce qu’enfin l’odeur de cette action exécrable s’élève au-dessus de la terre avec les exhalaisons des cadavres pourris, gémissant après la sépulture).
Marc-Antoine, Scène 1, Acte 3, Julius Caesar, William Shakespeare.

| Q. Que vous inspire le double meurtre de ce couple de fonctionnaires de police ?

Jacques Borde. Au-delà de l’effroi, je suis atterré par l’inadéquation des postures de ceux qui nous gouvernent et/ou s’opposent caméralement depuis des années (et à tour de rôle) dans des joutes aussi vaines. Et, là, principalement par l’échange qui a opposé MM. Valls et Ciotti1. Le second se faisant le parangon d’une fermeté que le gouvernement auquel il a appartenu a fui cinq années durant !
Quant aux propos de Manuel Valls, je pense que le Premier ministre, toujours aussi soupe-au-lait, devrait tourner dix-sept fois sa langue dans sa bouche avant de s’exprimer.

Tout un chacun sait pertinemment que cet homme de la gauche financière est partisan, contre vents djihâdistes et marées takfirî du maintien de l’abolition de la peine de mort. Ciotti, à ma connaissance, ne lui ayant pas demandé d’abandonner ce marqueur de gauche, était-ce le moment de rappeler ce point-clé de la doxa socialiste urbi et djihadi ?

| Q. Pourquoi dites-vous cela ?

Jacques Borde. Parce que ce rappel ô combien inutile  – qui, in fine, relève de l’évidence quand on connaît la vulgate socialiste – a tout pour être pris comme une invitation aux Kamiz brunes de (et inspirées par) Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (Daech)2. Or, les Takfirî qui, sur le recul en Syrie et en Irak, sur le pont d’être chassés de Syrte (Libye), ne peuvent que considérer la France comme ce pays de Cocagne où l’on peut djihâder sans trop de risque, toucher des aides sociales tout en allant jouer l’apprenti-boucher outre-Méditerranée et être, au pire, repéré, classé, voire être l’objet d’enquêtes de terrain sans être jamais être inquiété, au-delà de passages de courte durée derrière les barreaux pour une minorité d’entre eux.

Seul le passage à l’acte, en tuant de sang-froid et de manière préméditée, conduisant à un trépas, pas si grave que ça, vu que les auteurs de ces actes croient dur comme fer qu’ils leur ouvrent en grand les portes du paradis !

| Q. Et la faillite du Renseignement ?

Jacques Borde. Quelle faillite du Renseignement ? En amont, nos SR font le travail qui est le leur : ils repèrent, détectent, identifient et logent les adeptes du Takfir.

Et après : peu choses sauf celles que je viens de vous énoncer ! Comment pourrait-il en être autrement vu que rien n’est prévu en aval ? A contrario des États-Unis où des éliminations physiques sont effectuées à titre préventif. Comme celle du charismatique prédicateur… américain, Anwar al-Aulaki3, éliminé au Yémen par une frappe de drone de la CIA. Ce alors qu’il n’avait fait l’objet d’aucune poursuite de la part du Department of Justice (DoJ) dans son propre pays. Al-Aulaki étant un ressortissant étasunien de plein droit né à Las Cruces (Arizona) ? Vérité en-deçà du Potomac, erreur au-delà !

| Q. Mais il y a bien quelqu’un à blâmer pour ce qui se produit ?

Jacques Borde. Oui, évidemment. Ceux qui nous gouvernent et ceux qui font nos lois, pardi ! Mais pas ceux qui font ce qu’ils peuvent sur le terrain.

Les policiers, SR, militaires, les organes de force comme on disait dans la défunte Union soviétique, sont des exécutants tributaires du cadre légal qui leur est imposé. Quelque part, je dirai même que beaucoup magistrats eux aussi sont contraints par les textes. Même si beaucoup d’entre eux peuvent aussi avoir une interprétation fallacieuse et biaisée à l’excès. Mais, là encore, ce ne sont que des acteurs intermédiaires ? C’est au-dessus, dans les strates supérieures de la République que se pose le problème.

| Q. Vous n’êtes pas tendres pour nos élus, quand même ?

Jacques Borde. Nul n’est à l’abri du mal, nous apprend l’Histoire ! Ce sont des parlementaires SFIO, et non le peuple, qui ont voté les pleins pouvoir au cacochyme Pétain. Ce sont des magistrats félons, et non des justiciables, qui siégeaient dans des juridictions d’exception antisémites. Heureusement, nous avons eu de Gaulle et la France Libre qui sut unir, je vous l’ai déjà dit, des hommes aussi différents que Rol Tanguy, d’Estienne d’Orves et Pierre Clostermann.

Quand allons-nous nous inspirer de ces héros et comme les personnages de Shakespeare lâcher « les chiens de la guerre » sur ceux qui nous tuent et nous égorgent depuis Merah et quelques autres ?

Notes

1.  Éric Ciotti, député Les Républicains, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes et secrétaire général adjoint aux fédérations du parti. Et spécialiste des questions de sécurité des LR.
2.  Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3.  De son nom complet Anwar Bin-Nasser Bin-Abdullâh.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail