La France n’est pas préparée contre le terrorisme !

| France | Terrorisme | Deborah Harros Goldman |

Excellent aperçu de la situation sous la plume de Deborah Harros Goldman. Reprise donc de sa note postée sur Facebook. Bonne lecture.

Aujourd’hui, je peux certifier qu’aucun numéro préventif ou cellule d’information d’utilité publique contre des suspicions d’attentats terroristes n’existent en France. Le constat est clair, la France n’est pas organisée pour un nouvel attentat. Bien que depuis 9 mois en état d’urgence imposés par les attentats du Bataclan, le gouvernement français n’est pas en mesure de protéger ses concitoyens.

Nous savons désormais que la France n’est pas prête à se protéger face à des menaces d’attentats réelles, que nous redoutons tous à présent…

Pour l’instant le gouvernement est incapable de diagnostiquer correctement la gravité terroriste qui s’abat sur sa population. Mais plus encore, si vous vous êtes le témoin d’un événement anormal, vous n’avez aucun moyen de contacter, de prévenir ou d’informer, un service, une cellule, une antenne qui prendra vos informations en considération.

Et pour preuve…

Je viens de réaliser un second test, le premier a été effectué le jeudi 17 juin 2016, il y a environ un mois. À la suite d’une panique générale dans la communauté juive et sur les réseaux sociaux. J’ai réussi à ramener le calme auprès des mamans d’écoles juives qui parlaient de fortes suspicions d’attentats qui se dérouleraient le lendemain, le vendredi 18 juin 2016, devant les écoles juives et les Hyper Cachers. Je suis remontée à la source du message, j’ai contacté les investigateurs et j’ai pu clairement constaté qu’il s’agissait d’une femme perturbait psychologiquement.

Cependant en essayant d’y voir plus clair. Je me suis mise en situation d’attentats, « en état d’urgence », ou risques sérieux d’attentats en France et j’ai contacté les autorités qui auraient dû être compétentes. J’ai tout simplement demandé que faire si j’étais le témoin d’une scène qui me paraissait « anormale » … ?

En effet, j’ai demandé que faire si je remarquais une situation suspecte ?

J’ai très vite déchanté et trouvé feuille blanche. Car aucune personne n’a trouvée à me répondre et chacun me renvoyais à un autre service, gênés par la question !

J’ai en informé Gilles Clavreul Préfet, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, auprès du cabinet ministériel. Je précise que je n’ai aucun grief à l’égard de Monsieur Gilles Clavreul, que je trouve plutôt efficace. Mais les réseaux sociaux sont le moyen le plus fiable pour faire partager l’information auprès du Gouvernement. Ainsi qu’informer le public des dangers réels, C’est par devoir de citoyenne responsable que je me dois de vous interpeller Monsieur Gilles Clavreul.

– Pourquoi n’avons-nous pas une antenne préventive qui permettrait aux citoyens de prévenir des cas de dangers terroristes ?
– Pourquoi tous les services de sécurité sont-ils décousus au point ou la sécurité de la population est entachée à cause du dysfonctionnement des institutions françaises ?
– Pourquoi arriver à un énième attentat pour arriver à ce constat d’échec ?

Message envoyé à Gilles Clavreul le 17 juin 2016 :

En effet.

Mais aucun numéro préventif n’est mis en place et pour arriver à la main courante, il faut avoir du temps et de la volonté.

Je suis Franco-Israélienne, je sais qu’en Israël, la population aide énormément dans l’arrestation des criminels et terroristes. Chaque détail à son importance. Il est dommage qu’en France, nous ne puissions pas nous « confier » à une antenne préventive.

Je devais être recontactée, j’attends toujours votre réponse Monsieur Gilles Clavreul.

Après l’émotion du drame encore d’actualité, il est temps d’agir de manière concrète et intelligente. C’est à nous citoyens de prendre des mesures drastiques de sécurité civile et de mieux organiser notre prévention quotidienne.

Mais en faisant quelques petites recherches pour savoir qui appeler en cas de suspicions d’attentats, je suis au regret d’annoncer qu’aucun « numéro préventif » n’existe à ce jour en France.

Ce matin vendredi 15 juillet 2017 second test que je vous conseille de reproduire :

Voici les numéros à contacter en cas de dangers ou de risques d’attentats :
Police : 17
Pompiers : 18
Samu : 15

Dispositif d’alerte du ministère de l’intérieur : 197 (celui-ci n’est pas activé -essayez par vous même- une voix de femme dit, en cas d’alerte, veuillez contactez le 17 ou le 112)
Numéro d’appel d’urgence : 112 (que j’ai aussi contacté sans succès)

SPCJ – Service de Protection de la Communauté Juive : 08 00 18 26 26 (ouvert seulement de jour et la nuit n’y a-t-il aucun danger, aucune agression, aucun acte de violence ?

Encore une incohérence !)

Pourtant, aucun numéro d’urgence en cas de « signes » suspects ou « d’anormalités » suspectées ne pourront enregistrer vos informations. J’ai vérifié et par deux fois. Les appels furent tous deux laissés sans suite et raccrochés ! Volonté ou manque de professionnalisme ?

Le constat est grave !

Pour information et seulement sur internet vous pouvez faire un signalement via ce site :
https://www.internet-signalement.gouv.fr/

A préciser, tout le monde ne possède pas internet.

La seule chose qu’on a peu me donner c’est un numéro d’antenne de police de mon arrondissement dans le 19e à Paris : 01 55 56 58 00 et une main courante à déposer pour enregistrer « l’éventualité d’un problème terroriste ».

Aucune plate-forme ou cellule de prévention ne sont en place et cela malgré l’état d’urgence. Ce n’est pas suffisant.

Peux-t-on parler d’un immense scandale public ?

Le public français doit devenir plus vigilant et se responsabiliser devant les « signes » qui sembleraient anormaux. Certains des attentats terroristes ont été déjoués en Israël grâce à l’aide des civils israéliens.

Aussi, à vous citoyens responsables, partagez afin de faire remonter auprès du gouvernement ces incohérences inacceptables et qu’enfin le gouvernement mette en place une plate forme d’appels préventifs, indispensable pour lutter contre le terrorisme à grande échelle.

A présent, je réitère ma question :

A quand un numéro préventif anti-terroriste national accessible au public… ?

La sécurité est l’affaire de tous, mais plus encore du Gouvernement.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail