L’Excessif & l’insignifiant*

4 août, 2016

| É-U | Présidentielles| Eber Addad |

Les media US, massivement démocrates, ont perdu tout sens commum dans leur Blitskrieg médiatiques contre Donald J. Trump. Quelques lignes d’Eber Addad, à se sujet.

*Le titre est de la rédaction.

« Tout ce qui est excessif est insignifiant »,
avait dit Talleyrand.

Ces propos n’ont pas pris une ride au fil des décennies depuis le début du XIXe siècle.

On le voit aujourd’hui plus que jamais dans la campagne électorale américaine où les média dans leur totalité, à quelques très rares exceptions près, aussi bien écrits qu’audiovisuels ou numériques ont fait un barrage d’artillerie intense contre Trump en relevant chaque menu détail et en les montant en épingle allant jusqu’à prôner pour lui l’interdiction de lui fournir les briefings de la CIA auxquels ont droit tous les candidats sans exceptions, et en oblitérant tout ce qui pourrait porter le moindre ombrage à la candidate Clinton qui, et c’est peu que de le dire, ne traîne pas seulement des casseroles mais un supermarché de quincaillerie!

A ce propos il est amusant de constater avec quelle mimétisme et sans le moindre état d’âme ces diatribes sont reprises à l’unisson par la presse française, toujours aussi biaisée.

Où sont passées les informations objectives que la presse des pays dits libres est contrainte de fournir même si elle peut les atténuer par des éditoriaux partisans ?

Où est passé le traitement équitable dont bénéficient tous les candidats d’une élection dans n’importe quel pays qui se dit démocratique ?

Nulle part, inexistantes, foulées au pieds, disparues sans laisser d’adresse !

Les démocraties se transforment de moins en moins lentement et de plus en plus sûrement en totalitarismes manichéens où seule compte l’opinion d’une minorité bien-pensante au détriment de la majorité du peuple.

Et dire qu’on pensait que la chute du Mur de Berlin et de l’Union Soviétique étaient des pas décisifs vers les libertés fondamentales des peuples et des Etats!

Cela  augure bien mal de l’avenir et je pense qu’on pourra dire, dans pas longtemps, que la démocratie est morte aux États-Unis un certain été 2016.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail