Pourquoi les bombardiers russes ont quitté Hamadan ?

1 septembre, 2016

| Guerre Vs Daech | Russie Politics | Karine Bechet-Golovko |

Pour la première fois depuis la révolution islamique, les autorités iraniennes autorisaient les forces militaires d’un pays étranger, en l’occurrence la Vozdushno-Kosmicheskiye S’ily (VKS)[1] russe, à utiliser une infrastructure aéroportuaire militaire : Hamadan Air Base. À peine menées un poignée de frappes (réussies), les Russes de repartir sans fanfare ni trompettes. Une analyse 100% russe pour répondre aux questions posées par ce volet de la géostratégie russe au Levant.

Pour la première fois depuis la révolution islamique, les autorités iraniennes ont autorisé des forces militaires d’un pays étranger, en l’occurrence la Russie, à utiliser leur aérodrome militaire. Cette autorisation avait été donnée dans le cadre des accords bilatéraux de coopération dans la lutte contre le terrorisme et a permis à la Russie de renforcer les bombardements de bases et réserves d’armes des groupes de l’État islamique. Ce qui aurait du satisfaire tout le monde. Mais les États-Unis ont provoqué un scandale diplomatique pour mettre fin à une coopération russo-iranienne d’une telle intensité. Montrant par là même que la lutte contre le terrorisme n’est pas le but de la présence militaire américaine au Moyen-Orient.

Le 16 août, les autorités russes et iraniennes annoncent que l’Iran autorise la Russie à utiliser l’aérodrome de Hamadan pour ses bombardiers dans le cadre de la lutte contre le terrorisme en Syrie. L’aviation russe a effectué un raid et a détruit des bases d’entraînement et les réserves d’armes des groupes de An-Nusrah  et de l’État islamique dans les régions d’Alep, de Deir ez-Zor et Idlib. L’effectivité de l’aviation russe a été décuplée. La distance entre le point de départ et le but étant réduit, il faut moins de carburant et plus de bombes peuvent être embarquées, ce qui peut être décisif pour faire tomber les terroristes qui tiennent la population d’Alep en otage.

Et là est bien le problème  : ces terroristes, rebaptisés dans les salons cossus en « groupes d’opposition modérée », sont soutenus par la coalition américaine. L’on voit ainsi un analyste du centre Statfor parler d’escalade du conflit avec l’intervention russe depuis l’Iran. Ce qui fait sourire lorsque l’on voit les bases américaines à Oman, au Qatar, au Bahreïn, etc. Il semblerait surtout que les États-Unis aient peur, alors qu’ils ont fait beaucoup d’efforts pour réchauffer les relations avec l’Iran, que la Russie ne puisse s’immiscer et mettre en péril leur monopole.

Et en effet, immédiatement, l’on voit intervenir le porte-parole du Pentagone accusant la Russie de violer les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU à l’égard de l’Iran. Le ministre russe des affaires étrangère, S. Lavrov, répond immédiatement en remettant les choses à leur place. La Russie ne viole pas les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU puisqu’elle ne vend pas à l’Iran des armes ni des avions de guerre. Elle utilise ses avions de guerre sur un aérodrome iranien, sur accord du Gouvernement iranien et aucune autorisation du Conseil de sécurité n’est ici nécessaire. L’on aurait pu croire la question fermée. Mais non.

Le 20 août, le ministre de la défense iranien soutient que la Russie intervient sur demande du gouvernement iranien, avec l’autorisation du Conseil supérieur de Défense et qu’elle pourra utiliser l’aérodrome aussi longtemps que cela sera nécessaire. Que pour l’instant il n’y a pas de raison pour utiliser d’autres aérodromes, mais si la question se pose, elle sera analysée.

Pourtant, le lendemain, ce même ministre déclare à la deuxième chaîne de télévision iranienne que la Russie diffuse l’information quant à l’utilisation de l’aérodrome iranien sans autorisation uniquement pour se vanter et montrer qu’elle est un acteur international de poids dans la région. Comportement qui est inacceptable.

Bref, dans l’après-midi, la Russie plie bagages et les bombardiers rentrent au bercail. Pour ne pas aggraver le conflit, elle déclare que ses objectifs ont été remplis et ne voit pas la nécessité, pour l’instant, de positionner plus longtemps ses bombardiers en Iran.

Pourtant, le 23 août, le président du Parlement iranien vient de déclarer que Téhéran n’a pas interdit à la Russie d’utiliser les aérodromes militaires nationaux dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, qui sont aujourd’hui utiliser pour le ravitaillement.

Comment expliquer un si soudain retournement de situation ? Deux explications, qui ne s’excluent pas l’une l’autre, sont avancées.

Il est possible de voir un conflit politique intérieur, la question de la souveraineté en Iran étant particulièrement sensible. Et une bonne occasion s’est présentée. Mais cette approche ne règle pas la question de l’événement déclenchant. Or, l’information a été sortie le 15 août par un site étrange, Walfare Worldwide, domicilié au Massachussets. Du coup, une information qui devait rester secrète, ou pour le moins non accessible au grand public, a obligé les autorités russes et iraniennes à faire des déclarations publiques. Provoquant ainsi la discorde entre les franges politiques en Iran.

Il semble dès lors très probable que les États-Unis aient utilisé de possibles discordes intérieures pour ralentir la coopération entre la Russie et l’Iran. Car si la Russie usait déjà avant les aérodromes iraniens, elle ne l’avait jamais fait avec une telle intensité. Or, non seulement cela renforçait la position russe dans la région, mais cette suractivité présentait des risques non négligeables pour la survie des groupes terroristes en Syrie, notamment à Alep.

Et l’on arrive à la deuxième éventualité. La Russie pouvait logiquement avoir intérêt à renforcer sa présence en Iran, car l’efficacité du combat contre le terrorisme dans la région pouvait s’en trouver décuplé. Or, soit l’Iran n’était pas prêt à passer le pas vers l’attribution d’une base militaire (qui contrevient à la Constitution iranienne), soit l’Iran s’est trouvé sous pressions extérieures et a fait le choix de ne pas mettre en danger l’amélioration de ses relations avec les États-Unis.

Quoi qu’il en soit, certaines conclusions peuvent déjà être tirées. La plus évidente est que la lutte contre le terrorisme n’est pas le but de la coalition américaine. Dans le cas contraire, elle aurait du saluer la possibilité d’un renforcement des moyens d’actions. La lutte contre le terrorisme semble principalement être un slogan avancé pour justifier manœuvres et interventions armées dans une région présentant un intérêt stratégique élevé. La seconde conclusion est que le rapprochement entre l’Iran et la Russie reste fragile et conjoncturel, plus que stratégique.

Note

[1] Ou Forces aérospatiales russes. Créées le 1er août 2015 suite à la fusion de la Voïenno-vozdouchnye sily Rossiï (VVS, armée de l’Air) avec les Voïenno Kosmicheskie Sily ou (UK-VKS,Troupes de défense aérospatiale.

© http://russiepolitics.blogspot.fr/2016/08/pourquoi-les-bombardiers-russes-ont.html.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail