L’Amérique (& son système électoral) expliquée aux imbéciles !

11 novembre, 2016

| États-Unis | Présidentielles | Eber Addad |

Beati pauperes spiritu quoniam ipsorum est regnum caelorum1 ! Petite leçon de choses ciselée par Eber Addad sur l’Amérique & le fonctionnement de son système électoral. Toujours aussi juste & visiblement nécessaire, hélas ! Le titre est de la rédaction.

Beaucoup de personnes sont étonnées par le fait qu’Hillary Clinton, ayant obtenu plus de voix que Donald Trump, n’ait pas été élue. Ce qui est amusant c’est que les non-Américains semblent s’en soucier énormément et contestent fortement ce système alors que même la candidate perdante n’a rien à en redire, ça existe depuis 1787. Ce n’est pas qu’on a changé les règles au milieu de la partie c’est tout simplement le reflet de ce qu’est l’Amérique, et que la plupart des Européens, mais particulièrement les Français n’arrivent pas ou ne veulent pas comprendre : c’est une F.É.D.É.R.A.T.I.O.N ! Il y a 50 États avec des lois différentes, des coutumes différentes, des populations plus ou moins importantes, des grands et des petits États et c’est ce qui permet de donner les mêmes chances à tous les États. La raison d’être de ce processus est que le président est avant tout élu par les États! Et ce système a assuré la cohésion de cette fédération!

Les États-Unis sont une République Fédérale Présidentielle bicamérale.

L’élection présidentielle américaine se joue au suffrage universel indirect. Les citoyens américains votent en faveur des candidats de leur choix à la présidence et à la vice-présidence. Cette élection a lieu le mardi qui suit le premier lundi de novembre de l’année des élections. Les candidats obtenant le plus grand nombre de voix dans un État, reçoivent la totalité des voix des Grands Électeurs de cet État. Le système des Grands Électeurs est régi par la section 2 de l’Article 1 de la Constitution. Le nombre des Grands électeurs de chaque État est fonction du nombre d’élus de cet État au Congrès : soit deux sénateurs et un nombre de députés proportionnel à la population de l’état. A l’heure actuelle on compte 538 Grands électeurs, soit 100 sénateurs (2 dans chacun des 50 États de l’Union) et 435 représentants, auxquels il faut ajouter, depuis 1964 et le 23ème amendement, trois électeurs du District de Columbia.

Le Président des États-Unis est élu au suffrage universel selon un scrutin à deux degrés : celui du « vote populaire » en novembre et celui du « vote électoral » en décembre :

Le vote populaire : c’est le vote effectué par l’ensemble du corps électoral américain ; dans chaque État, les citoyens électeurs votent pour une liste de Grands Électeurs du parti soutenant le candidat à la présidence de leur choix. La liste qui obtient la majorité des votes populaires emporte tous les mandats attribués à l’État.

Le vote électoral : le vote est émis par les Grands Électeurs  élus au suffrage universel dans chaque État ; chaque État a autant de Grands Électeurs  qu’il a de députés à la Chambre des Représentants du Congrès + le nombre invariable de 2 sénateurs ; le chiffre des Représentants dépend de l’importance de la population de l’État.

Les partis politiques nomment leurs Grands Électeurs  lors des Conventions politiques d’États. Un Électeur ne peut pas faire partie du Congrès ou être membre d’un bureau fédéral. Les Grands Électeurs se réunissent le premier lundi qui suit le deuxième mercredi de décembre, pour élire officiellement le Président et le Vice-Président des États-Unis. L’élection a lieu à la majorité absolue, soit 270 voix sur 538. La seule condition imposée par la Constitution est l’obligation pour eux de voter pour au moins un candidat qui ne vient pas de leur État.

Les listes des votes des Grands Électeurs sont certifiées et scellées, et transmises au Président du Sénat. Ce dernier les ouvre le 6 janvier lors d’une séance exceptionnelle, en présence des Sénateurs et des Représentants, pour quantifier les votes. Si aucun candidat n’obtient la majorité absolue, la Chambre des Représentants désigne le vainqueur parmi les trois candidats arrivés en tête. Si le même cas se produit pour la vice-présidence, c’est le Sénat qui est chargé de choisir entre les deux candidats ayant obtenus le plus de voix.

La répartition des Grands Électeurs  par rapport à la population de chaque État engendre de sévères luttes lors des campagnes présidentielles dans des États dits clés. Ainsi, sur un total de 538 Grands Électeurs , la Californie regroupe 55 Grands Électeurs à elle seule. Le Texas en compte 38, l’état de New York 29, la Floride 29, la Pennsylvanie 20, l’Illinois 20. Un candidat remportant tous ces États possède donc quasiment le nombre de voix nécessaire à son élection. En effet, la majorité des autres Etats de l’Union ne représente qu’une petite manne de Grands Électeurs .

Généralement, la paire de candidats, Président et Vice-Président, qui obtient le plus de voix au niveau national obtient le soutien du plus grand nombre de Grands Électeurs , mais la mécanique électorale ne le garantit pas forcément. Il y a eu cinq exceptions, en 1824, 1876, 1888, 2000 et en 2016, où le collège électoral n’a pas élu le candidat ayant recueilli la majorité des suffrages populaires.

Note

1 Heureux les pauvres en esprit (ou bien : Heureux ceux qui ont une âme de pauvre) car le Royaume des Cieux est à eux. C’est-à-dire ceux qui savent se détacher des biens du monde. Paroles qui se trouvent au début de Sermon sur la montagne (Évangile selon St Mathieu, V, 3), et qui, par un travestissement du sens, s’emploie ironiquement pour désigner ceux qui réussissent avec peu d’intelligence.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail