Armements : Paris (faute de mieux) fait ses courses à… Washington.

| France | Défense | Jacques Borde |

La Question revient régulièrement sur les lèvres des observateurs : la France, après des dizaines d’années d’incurie & de laxisme a-t-elle encore les moyens de sa Défense & de ses guerres ?

En tout, pour tenter d’y arriver, elle se repose de plus en plus sur des achats d’armements qu’elle a cessé (beaucoup, dont l’auteur de ce texte, se demandent bien pourquoi) de produire.

Preuve de cette dépendance, le US Department of State, en accord avec la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), a approuvé toute une série de marché passés dans la cadre des Foreign Military Sale (FMS) avec Paris.

Pour 650 M$US, la vente et le soutien logistique de :

– 2 C-130J Hercules équipés de Rolls Royce AE-2100D ;
– 2 C-130J Hercules équipés de Rolls Royce AE-2100D.

Pour 30 M$US, la vente de missiles antichars :

– 112 AGM-114K1A Hellfire ;
– 102 AGM-114N1A Hellfire ;
– 50 ATM-114Q1A Hellfire Training Missiles.

Pour 60 M$US, la vente et le soutien logistique de :

Guided Multiple Launch Rocket System (GMLRS).

Marchés arrivés à divers stade de maturation. De toute façon, nous n’avons pas vraiment le choix !