232 Vs 306 : HiLIARY & les Démocrates toute honte bue…

| États-Unis | Présidentielles | Eber Addad |

Petit papier d’Eber Addad sur les errements clintoniens & les manœuvres démocrates pour tenter d’amender le verdict des urnes. Ce texte regroupe trois interventions d’Eber Addad sur Facebook : la première datant de ce matin & les deux suivantes de décembre 2016, mais qui en ce jour de prestation de serment du président américain, Donald J. Trump, sont un cocktail à savourer comme un malt de qualité ! Le titre est de la rédaction.

Alors que l’Amérique s’apprête à accueillir son nouveau président CNN qui enrage de ne pas avoir vu sa protégée élue fait tout un reportage en spéculant sur l’assassinat de Trump, du vice-président, de tous les membres du cabinet ainsi que celui du Speaker of the House, 3ème en ligne dans la succession.

Ce reportage a l’allure d’un souhait très fortement exprimé.

On sait où sont les vrais fascistes, les anti-démocratiques et les intolérants aujourd’hui. Le politiquement correct, l’unanimisme dans leurs opinions et l’arrogance dont il font preuve les montrent sous leur vrai jour. CNN payera cher sa forfaiture et son mépris pour ses téléspectateurs.

(…)

Hillary Clinton n’aura même pas su partir la tête haute.

Après que la candidate verte Jill Stein, d’ailleurs presque certainement à l’origine de la défaite aussi prononcée de la Démocrate par les votes dont elle l’a privée, ait obtenu le recompte des résultats au Wisconsin – qui de toutes façons ne changera rien au résultat final surtout que Trump vient officiellement de gagner le Michigan qui porte son nombre de délégués à 306 pour 232 à Clinton – l’équipe de campagne d’Hillary a décidé de se joindre à cet effort et de demander le recompte dans 3 autres États y compris en Pennsylvanie où il n’est plus possible.

Rien à attendre si ce n’est tenter de pervertir le système.

Exercice en futilité puisque, surtout après la victoire du Michigan de Trump, il n’y aucune chance que les résultats changent. C’est simplement destiné, par un effort désespéré, de retarder l’investiture de Trump pour des motifs plus ou moins obscurs ou pour tenter de délégitimer son élection aux yeux du public.

Elle perd ainsi toute chance de se faire accorder un pardon par ce dernier, en cas, plus que probable, de condamnation aussi bien pour corruption et pour négligence que pour avoir enfreint les lois de sécurité du pays.

Vous imaginez si Trump avait perdu et demandé trois semaines après les élections un recompte alors que dans certain cas plus de 100.000 voix les séparent!

La gauche de plus en plus bizarre…

(…)

Aux États-Unis, les membres les plus fanatisés, les plus exaltés et les plus obstinés du parti Démocrate, et ils sont nombreux, les médias inféodés aux Démocrates, 99% d’entre eux, et les propagandistes de tous poils veulent à tout prix changer le résultat des élections présidentielles quoi qu’il en coûte.

Dans toute l’histoire de ce pays ça ne s’est jamais passé. Après avoir contesté la victoire de Trump par le nombre de délégués sous prétexte que les voix populaires étaient plus nombreuses, les Démocrates, avec la complicité des Verts qu’ils ont mis en avant, ont tenté de modifier les résultats par un recomptage dans trois états habituellement démocrates mais qui ont, cette année, voté pour Trump, le Wisconsin, la Pennsylvanie et le Michigan.

Ça n’a pas marché là aussi et le résultat était encore plus nettement en faveur de Trump. Une dizaine de millions de dollars dépensés en vain… peut-être pas perdus pour tout le monde. Il y a eu entre temps un travail de sape et d’intimidation effectué sur les délégués du Collège Électoral qui est allé jusqu’à des menaces de morts sur certains d’entre eux.

Les négationnistes persistent et signent. Maintenant ils essayent une nouvelle tactique, en avançant comme certitude l’hypothèse, non prouvée, de l’interférence de la Russie dans le processus électoral US pour faire croire que les résultats en ont été modifiés. Ça a pour but d’essayer, d’une part d’influencer le Collège Électoral et, d’autre part, d’organiser de nouvelles élections, ce qui n’a jamais eu lieu, dans l’espoir de les gagner ! Aujourd’hui le fascisme a changé de camp, il est carrément à gauche.

Ces gens là n’acceptent le résultat des élections seulement si leur candidat(e) gagne. Ils jouent avec le feu.

(…)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail