Pourquoi Trump a raison à 200% sur le lien Immigration-Terrorisme

| États-Unis| Terrorisme | Jacques Borde |

J’ai beaucoup apprécie le dernier papier de notre estimé confrère Michel Colomès sur l’affaire du décret anti-terroriste du président américain, Donald J. Trump. En fait, je l’ai trouvé, à la fois, excellemment écrit & argumenté mais faux à 99,99% dans ses conclusions.

Reconnaissons d’abord que Michel Colomès   a, probablement, raison de souligner que « D’après une enquête statistique réalisée par la rédaction de CNN, depuis quarante (40)ans, aucun citoyen admis aux États-Unis en provenance d’un des sept pays concernés n’a été impliqué dans une action terroriste mortelle sur le sol américain ».

Certes, mais après ?

D’entrée de jeu, quelques remarques :

Primo, gardons-nous de prendre ce que nous dit CNN pour argent comptant. Par le passé, ce mass medium a affirmé beaucoup de choses qui se sont avérées fausses à 100%. Au-delà, le fait qu’« aucun citoyen admis aux États-Unis en provenance d’un des sept pays concernés n’a été impliqué dans une action terroriste » ne signifie rien en soi.

De fait, :

1- Des ressortissants de la plupart de ces pays sont bien, et de manière régulière, mêlés à des actes liés à la terreur takfirî à qui ils fournissent d’importants contingents.

2- Qu‘aucun terroriste en provenance de ces pays-là n’a été arrêté à ce jour pour des actes commis par telle ou telle cellule terroriste ne signifie pas que des éléments autres que ceux actuellement identifiés aient pu y être mêlés, au plan logistique notamment. Les cellules terroristes ont un recrutement multinational.

3- Outre celui de la religion évidement, des critères variés jouent dans la composition des cellules terroristes : liens familiaux (une structure familiale syro-libanaise, par exemple), liens linguistiques (cellules de maghrébins tous francophones), passé criminel, etc.

4- Les cellules dormantes de groupes comme Al-Qaïda ou Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)1 n’agissent pas toutes au même moment.

5- Le propre d’une cellule dormante est de ne pas se faire repérer jusqu’au passage à l’acte. Bien malin (et prétentieux) celui qui prétend avancer de qui elles peuvent se composer.

Plus généralement, le propre de toute stratégie antiterroriste c’est de savoir anticiper et de  se préparer à affronter des nouveaux dangers et de nouveaux adversaires.

Tout historien connaît le reproche qui a été fait à l’armée français de 1940 qui s’était si parfaitement préparée à refaire la guerre de 1914-1918 et a largement été incapable de faire face à la Blitzkrieg de Guderian2.

Autre erreur, gloser comme CNN, à propos du fait qu’« Aucun des responsables de l’attentat du 11 septembre 2001 qui a fait plus de 3. 000 morts américains ne venait de ces pays. La plupart étaient originaires d’Arabie Séoudite, royaume qui, étrangement, ne fait pas partie de la liste noire » est d’un infantilisme frisant la crétinerie absolue.

Il n’échappera à personne ne que nous sommes en 2017, et non 2001. Ainsi, ne convient-il pas tant de se focaliser sur la sociologie des acteurs du 11 Septembre – les fameux 14 possesseurs de passeports séoudiens sur 19 – qui n’est plus celle des troupes d’Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH) ou de Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām3 que d’essayer de voir qui sont les terroristes d’aujourd’hui et peuvent les terroristes de demain et non pas tant se rappeler de ceux d’hier et d’avant-hier !

Si la sociologie complète des groupes terroristes reste à faire, CNN et ses émules français en copier-coller oublient de rappeler que Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen sont bien des pays hautement fournisseurs en terroristes takfirî.

On sait parfaitement que l’une des raisons de la forte résilience de DA’ECH à Mossoul repose sur le fait que nombre des Kamiz brunes y combattant âprement sont des régnicoles passés par les forces irakiennes du temps de Saddam Hussein.

Autre exemple, il est avéré que des tribus yéménites, d’obédience takfirî ont soldé des groupes entiers de leurs feudataires comme combattants à  DA’ECH. Et ce à plusieurs reprises.

Se dire, comme nous le faisons actuellement et comme le soutient CNN, qu’il ne faut rien anticiper quant à la dangerosité de ressortissants de tel ou tel ou tel pays au seul prétexte qu’aucun ne s’est encore fait pincer est assez léger du point de vue du raisonnement.

Quant à l’efficacité du Terrorist ban (et non Muslim ban, comme faussement avancé) mis en place par l’administration Trump, elle doit se juger sur des termes objectifs et non subjectifs ou, encore moins affectifs.

Pour ce qui est de l’analyse de Michel Colomès sur ces « militants des droits de l’Homme, qui ont infligé un revers juridique à Donald Trump en réussissant à faire libérer, ou admettre, aux États-Unis quelques ressortissants des sept pays musulmans désormais interdits sur le sol américain », et qui « ne doivent pas se faire d’illusions. Certes, des juges fédéraux à New York, Boston, Alexandrie, Seattle et en Virginie ont empêché provisoirement l’application du décret de bannissement présidentiel », je suis assez d’accords avec lui « ces victoires juridiques gagnées sur les services d’immigration ont concerné 200 personnes au plus. Elles n’ont pas relevé les compagnies aériennes, lors des escales de départ à l’étranger – notamment Air France à Roissy –, de l’obligation dans laquelle elles se trouvent d’empêcher l’embarquement pour un aéroport américain des ressortissants des sept pays concernés (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) ».

Là, hélas, Colomès se trompe, le texte a bel et bien été bloqué. Mais, il a des excuses : la chute semblait hautement improbable à de nombreux analystes.

Il est à supposer que l’administration Trump va revoir sa copie. Ou tenter un approche différente. Comme quoi, gouverner avec des ennemis intérieurs n’est pas la chose la plus facile qui soit…

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Generaloberst Heinz Guderian (17 juin 1888-14 mai 1954), général ( ) de l’armée de Terre de la Seconde Guerre mondiale. Surnommé Heinz le Rapide (Schneller Heinz),LE père de de la guerre éclair (Blitzkrieg), incluant l’utilisation intensive des chars d’assaut, lors des invasions de la France (1940) et de l’Union soviétique (1941). Guderian était parfaitement francophone comme le prouvent ses échanges avec le général Sereau.
3 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail