H. R. McMaster un Pro de chez pro au NSC, enfin…

21 mars, 2017

H. R. McMaster un Pro de chez pro au NSC, enfin…
| É-U / Deep State |  Jacques Borde |

Le Diable, comme disent les Allemands, est souvent dans les détails. Obama & le camp démocrate auront eu la tête du général Michael T. Mike Flynn, choisi par Trump pour prendre la tête du  NSC, provoquant une affligeante partie de chaises musicales pour pourvoir le poste, désormais occupé par H. R. McMaster. Apparemment, pour Obama & sa clique, nuire aux intérêts de la Nation ne semble pas leur poser de problèmes…

La chasse aux sorcières lancée par la clique démocrate sera venue à bout du lieutenant-général Michael T. Mike Flynn1 démissionnaire. Le poste de National Security Adviser, a donc été occupé de manière intérimaire par le général (Ret) Joseph Keith Kellogg Jr., avant la nomination définitive à ce poste du très haut technicien de la chose militaire qu’est le lieutenant-général Herbert Raymond McMaster.

La partie de chaises musicales a, passablement, perturbé le microcosme médiatique. Ce au point que le medium mainstream parisien BFM-TV a, par la voix de son correspondant (sic) à Washington, prétendu à de nombreuses reprise, que le poste de National Security Adviser, était vacant, suite au départ de de Flynn.

Or, à ce poste hautement stratégique le général Joseph Keith Kellogg Jr. avait bien été nommé afin de remplacer le lieutenant-général Michael T. Mike Flynn démissionnaire. Un médiamensonge de plus à porter au discrédit de media mainstream .

Visiblement, les journalistes (sic) de moult supports ont complètement zappé que ce poste puisse être occupé de manière temporaire. Fermons cet épisode assez grotesque quant au professionnalisme de certains, en rappelant que désormais le National Security Adviser, est bien le lieutenant-général Herbert Raymond McMaster, dit dit H. R. McMaster. Pas le premier venu dans l’establishment militaire US.

Officier supérieur et d’active à la fois. H. R. McMaster a successivement été :

1- Director of the Army Capabilities Integration Center;
2- Deputy Commanding General du US Army Training & Doctrine Command. 3- Avait précédemment dirigé le Fort Benning Maneuver Center of Excellence,
4- et la Combined Joint Interagency Task Force-Shafafiyat de l’ISAF en Afghanistan.

Très impliqué dans les Opérations Enduring Freedom et Iraqi Freedom, McMaster est l’auteur du remarqué Dereliction of Duty (1997), une des plus vives critique du haut-commandement US lors de la Guerre du  Viêt-Nam.

Il est donc intéressant de noter que les Démocrates, soutenus par tout ce que la gôôôôche étasunienne compte d’intellos, auront finalement préféré un militaire de carrière (au demeurant très compétent) pour occuper un poste aussi stratégique au sein de l’administration montante !

A se demander, au bout du compte ce que le Deep State pense de cette militarisation accrue de l’Exécutif de la Grande démocratie d’Amérique du Nord dont nous parlait Tocqueville2.

Reste à remplacer à la tête du Renseignement intérieur (FBI), James B. Comey, 7ème directeur du Federal Bureau of Investigation, depuis le 4 septembre 2013, aux méthodes de travail éminemment sélectives.

Notes

1 Ancien directeur, de 2012 à 2014, de la DIA, le poste de National Security Adviser répond aux besoins du président des États-Unis, du US Secretary of Defense, du Joint Chiefs of Staff (JCS, Comité des chefs d’état-major interarmées). Michael T. Flynn est l’auteur avec Michael Ledeen de The Field of Fight: How We Can Win the Global War Against Radical Islam & Its Allies. St. Martin’s Press. ISBN 1250106222.
2 Auteur du remarquable et indispensable De la démocratie en Amérique, Schoenhofs Foreign Books (23 mai 1986), collection Folio, ISBN 2-07-032354-4.

Comey, McMaster, Flynn, Kellogg Jr.,

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail