Aide au développement, Tchad, Qatar : Qu’en a dit le Quai d’Orsay au 12 juillet 2017

| Quai d’Orsay | Point de presse du 12 juillet 2017 | Extraits |

Comme cela nous a été suggéré par quelques lecteurs historiques du blog ; Nous reprenons une vieille habitude : reposter les Q&R du Point de presse quotidien, tenu au Quai d’Orsay. Ces reprises seront faites sans commentaire de notre part. Bonne lecture à tous.

(…)

| Q. Comment expliquez-vous la coupe drastique de l’aide publique au développement décidée par le gouvernement alors que cette aide a été qualifiée par le président de volet indispensable dans la lutte contre le terrorisme ? Que répondez-vous aux ONG qui jugent cette coupe « scandaleuse » ?

R. Nous serons en mesure de vous répondre lorsque nous aurons reçu la notification d’arbitrage.

| Q. L’opposition tchadienne a interpellé hier dans une lettre ouverte plusieurs pays occidentaux, dont la France, pour leur soutien à Idriss Déby, affirmant que le peuple tchadien était « pris en otage ». Que lui répondez-vous ?

R. Le Tchad est un pays ami et partenaire, avec lequel nous entretenons une coopération dense et diversifiée. Nous saluons son engagement déterminé dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel et dans le bassin du lac Tchad et soutenons un développement inclusif au bénéfice de la population tchadienne.

La France est attachée, partout dans le monde, au respect des libertés fondamentales. Nous promouvons cette approche dans nos échanges bilatéraux réguliers avec le Tchad.

Le président de la République a reçu son homologue tchadien le 11 juillet [2017].

| Q. Quelle est votre réaction à l’accord antiterroriste signé hier entre les USA et le Qatar ?

R. La priorité de la France est la lutte contre le terrorisme.

C’est dans cet objectif que M. Jean-Yves Le Drian, à l’occasion de son déplacement dans le Golfe du 14 au 16 juillet, rappellera à ses interlocuteurs notre attachement à l’unité des pays du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCEAG)1, essentielle pour assurer la stabilité de la région et apporter une réponse collective aux défis posés par le
terrorisme.

Dans ce contexte, toutes les mesures allant dans le sens d’un renforcement des outils de lutte contre le terrorisme et les groupes terroristes reconnus comme tels par les Nations-unies, en particulier s’agissant de leur financement, sont positives.

Note

1 Il regroupe six pétromonarchies du Golfe Persique : Arabie Séoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis (ÉAU), Koweït, Oman et Qatar.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail