Défense : Des Coupes claires qui ne passent pas [1]

| France / Défense | Ils ont dit | BforBORDE |

C’est peu de dire que le coup de rabot de 850 M€ imposé à la Défense, fait grincer des dents dans le milieu de la Défense. & ce jusque dans les rangs du pourtant très présidentiel LREM (La république en marche). Alors simple coup de vent ou début de fronde ? Quelques réactions pour nous éclairer. 1ère Partie.

| Surprise & Colère !

« On commence donc aussi la ‘remontée en puissance’ (en fait le sauvetage d’une armée en crise) par une baisse, suivie d’une fausse hausse. Plus 18 milliards d’euros en 8 ans comme annoncé, cela fait, si j’ai bien compté 2,25 milliards de plus par an et non 1,5 (hors OPEX) comme annoncé pour 2018. Par ailleurs annoncer 650 millions alors que la moyenne de coût des OPEX est d’un milliard depuis 27 ans, comment dire ?…Cela signifie en tout cas que si on adosse complètement ce budget aux armée, ce sera une réduction finale d’au moins 350 millions d’euros, plus probablement aux alentours de 500, autrement dit la hausse réelle ne sera que de un milliard, ce qui était autant que je me souvienne, déjà prévu par les ajustements de 2015.Dans le fond comme dans la forme, on est donc très loin du compte. Strictement aucune surprise dans tout cela mais l’absence de surprise n’empêche pas la colère ».
Michel Goya, sur sa page Facebook.

| Combat perdu d’avance…

… Semblait dire notre estimé confrère Vincent Lamigeon, notant, en amont, sur son blog Supersonique, que « Si la ministre veut vraiment tenir cet objectif, le combat contre Bercy s’annonce homérique. Car le chemin le plus direct pour monter aux fameux 2%, selon les calculs d’un récent rapport du Sénat sur le sujet, consiste en une augmentation de 2 milliards d’euros par an du budget de défense, et ceci dès le budget 2018. De quoi donner des boutons aux grands argentiers du ministère du Budget, en pleine recherche de 4 à 5 milliards d’euros pour renter dans l’épure des 3% de déficit maastrichtien. En gros, dans l’idéal, il faudrait que Florence Parly obtienne le dégel immédiat des 2,7 milliards, tue dans l’œuf le projet de coupe claire de 850 millions du budget 2017, et obtienne dans la foulée les deux précieux milliards.

« Bien sûr, on peut imaginer un rattrapage plus progressif, avec un effort de défense qui s’accélèrerait progressivement jusqu’à 2025. Mais sans geste résolu dès le budget 2018, ce scénario ne serait guère crédible pour des armées déjà bien au-delà de leurs contrats opérationnels. Surtout, les effets d’une cure d’austérité pour la défense seraient rapides, dévastateurs et probablement irréversibles. Les cibles des coupes budgétaires seraient comme d’habitude, les équipements du Programme 146. La DGA, qui doit en général stopper ses paiements aux industriels début octobre faute de moyens suffisants, serait en rupture de paiement dès cet été »1.

| & Syndrome British Army

« Les engagements financiers dérivés de l’actualisation de la loi de programmation militaire décidée par François Hollande (3 milliards d’euros liés aux non-suppressions de postes et investissements décidés après les attentats) ne pourraient pas être honorés. Les taux de disponibilité des équipements de l’armée, hélicoptères et blindés en tête, continueraient de se dégrader. Pire, les forces françaises se retrouveraient dans une situation comparable à celle de l’armée britannique après l’Afghanistan, incapable de se régénérer rapidement et donc durablement déclassée »2.
Vincent Lamigeon, sur son blog Supersonique.

| Début de fronde au sein de la République en Marche ?

« Je considère que la proposition du ministère des Finances est inacceptable, carrément inacceptable (…). On ne peut dire d’un côté qu’on doit protéger nos concitoyens en raison aujourd’hui de l’état de la menace et dans le même temps au premier coup de rabot budgétaire se planquer et assumer ce genre de décisions. Moi je ne l’assumerai pas »…

« Je suis révolté par cette proposition et par le fait que certains au gouvernement ne puissent pas tenir nos engagements (…). Le président de la République a confirmé l’opération Sentinelle sur le territoire national. Il a confirmé au Mali l’engagement de nos troupes au Sahel et au Levant. De deux choses l’une, soit nous garantissons à nos militaires les moyens de leurs missions et auquel cas la proposition de Bercy doit être recalée et je le demande solennellement ce soir (mercredi soir, NdlR) ; soit nous actons le retrait des troupes françaises et auquel cas on doit l’expliquer, l’assumer ».
Gwendal Rouillard, député la République en Marche (LREM) du Morbihan, sur BFM Business.

| & Exigences…

« Nous souhaitons collectivement (Commission de la Défense nationale, NdlR) que les engagements d’Emmanuel Macron soient respectés ces prochaines heures », a souhaité Gwendal Rouillard pour lequel « c’est déjà un début de vérité ». « En tout cas, je considère que la question de la confiance aujourd’hui est posée. (…) Je le dis avec solennité, force et détermination ».
Gwendal Rouillard, député la République en Marche, sur BFM Business.

| & État des lieux…

« 60% des véhicules de l’armée de Terre ne sont pas blindés. Au passage, j’ai une pensée pour les militaires qui sont morts à cause de cette absence de blindage », a par ailleurs expliqué Gwendal Rouillard. Cette décision de Bercy n’a « aucun sens, aucune cohérence ». « Jusqu’à preuve du contraire, j’avais compris que nous nourrissions une belle ambition pour la France, puissance stratégique d’autant que – je reviens à l’essentiel – c’est l’intérêt de notre propre sécurité ».
Gwendal Rouillard, député la République en Marche, sur BFM Business.

| Coup de poignard dans le dos.

« C’est bien d’aller faire des photos au-dessus du Terrible (sous-marin) au bout d’un filin (…) si c’est pour derrière (leur) mettre un coup de poignard dans le dos ».
Cédric Perrin, vice-président (LR) de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères & de la Défense.

| Explication de texte.

Emmanuel Macron « aura l’occasion de s’exprimer sur sa priorité (…) qui est de faire en sorte que le budget des armées pendant cette mandature soit en forte augmentation, parce que c’est nécessaire à sa modernisation (…). Dès 2018 il y aura un effort qui sera fait sur ce budget ». « Ce qu’il fallait pour le ministre du Budget, c’est trouver 4,5 milliards, excusez-moi du peu, d’économies budgétaires. Tous les ministères y contribuent. Et sur certaines lignes du ministère des Armées, il y a la possibilité de décaler non pas des salaires, non pas la sécurité, non pas les militaires eux-mêmes, mais de décaler quelques commandes, sur du gros matériel par exemple, et c’est pour ça que nous avons identifié ces 850 millions ».
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement.

| Rappel utile…

« Je suis contre le fait que les militaires parlent aux journalistes mais le CEMA est légitime à répondre aux députés qui l’auditionnent, et à qui l’État doit rendre des comptes. Sinon on peut supprimer la Commission de la Défense ! » a noté Jean-Christophe Lagarde (UDI), membre de ladite commission.

« Ça dénote une volonté d’autorité légitime mais il doit faire attention que ça ne devienne pas de l’autoritarisme. Depuis que son pouvoir se met en place, le mot d’ordre le plus courant c’est ‘silence dans les rangs’. On le voit à l’Assemblée : les députés En Marche ont consigne de ne pas parler à la presse, et de ne pas signer un amendement déposé par un autre parti. On voit un système qui se verrouille ».

| Limites…

« C’est là où on voit très clairement la limite du raisonnement du gouvernement. D’abord, le ministère des Armées contribue pour 20% des économies, soit la vache à lait le plus productrice de Bercy. Et, enfin, décaler des programmes coûtent en général beaucoup plus cher au final. Étaler le programme de frégates FREMM s’est traduit par un surcoût de 15% ».
Philippe Plouvier, directeur associé au Boston Consulting Group.

| Grosse encoche…

Le président de la République a annoncé « un effort dans le domaine de la Défense » avec une volonté de monter à 2% du PIB en 2025, mais « pour arriver à ces deux milliards de plus par an quand on fait une moyenne, on ne peut pas commencer par une encoche (…) Quand on commence à redescendre d’un escalier c’est beaucoup plus difficile de remonter ensuite les marches (…) Faire une encoche maintenant ne parait pas cohérent avec le fait qu’il faut monter les budgets ».
Éric Trappier, président du GIFAS & pdg de Dassault Aviation.

| & Mauvaise surprise…

« C’est une surprise », a encore expliqué Éric Trappier. « La crainte que l’on peut avoir c’est que cette coupe puisse affecter les équipements, c’est-à-dire soit la recherche et technologie, soit le développement, soit l’acquisition. Ce qui de facto est inquiétant pour la profession », a souligné Éric Trappier. « On peut craindre des décalages de livraisons. On ne peut pas s’arrêter au milieu du gué. On doit avoir des perspectives. Nous industriels, on doit s’engager sur 5, 10, 15, 20, 30, 40 ans et de se dire quand on lance un programme, la France va poursuivre l’effort sur cette période. C’est très important car les coups de manche, ça fatigue le moteur ».
Éric Trappier, président du GIFAS & pdg de Dassault Aviation.

[à suivre]

Notes

1 Supersonique .

2 Supersonique .

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail